- Titre du film : Seven

- Réalisateur : David Fincher

- Date de sortie : 1996

- Acteurs Principaux : Brad Pitt, Morgan Freeman, Gwyneth Paltrow, Kevin Spacey ...

- Genre : Thriller / Policier

- Interdit aux moins de : 16 ans.

- Histoire : A une semaine de sa retraite, l'agent Somersert se voit affublé de son jeune successeur, l'inspecteur Mills qui en plus de n'avoir que 5 ans d'expérience dans la criminelle semble tout connaitre et vouloir en faire de trop. En plus de ça, un serial killer semblant tuer les gens selon des codes proches des 7 péchés capitaux fait son arrivée dans la ville ... C'est en tous cas une dernière semaine bien compliquée et pas tout à fait tranquille que va vivre le pauvre Somerset qui rêvait déjà de retraite ...

- Mon avis : Je dois vous avouer que je m'attaque à du très très lourd !! Seven n'est pas n'importe quel film, c'est un film qui a marqué toute une génération, comme Fincher le fera encore avec Fight Club, ou comme des films comme les Incorruptibles, Point Break, le Parrain, Apocalypse Now ou encore New York 1997 ont su marquer tout un tas de générations...
  Donc Seven est un excellent film que je vais tenter de décrypter pour vous, pour faire comprendre pourquoi ce film est une réussite en tous points et surtout pourquoi un film de ce style, à une époque ou les thrillers étaient légions a réussi à donner un second souffle à ce style (des films comme le collectionneur ou resurrection attestent de ce renouveau) mais aussi et surtout, pourquoi ce film est devenu cultissime aux yeux de beaucoup...

1) Il était une fois l'histoire d'un mec ...

  ...Qui filmait des vidéos clips, il a eu sa chance plus tard en étant au commande d'une licence casse gueule qui n'était autre que celle d'Alien. Alors imaginez, après l'excellent épisode de Ridley Scott et le génialissime (mon préféré^^) deuxième épisode, Fincher se voit confié la mise en scène du nouvel Alien, ce type n'avait avant ça que oeuvré pour des clips et là il se doit de faire un Alien...
  Il décide donc de faire SON Alien, mais là encore, les producteurs n'acceptent pas tout et Fincher doit revoir ses ambitions à la baisse, mais son film, de par sa mise en scène et son montage montre déjà une maturité exceptionnelle et laisse présager du meilleur.
  Petite période de trou, et soudain, New Line Cinéma lui présente le script de Seven, il accepte donc, et New Line qui recherche le succès (proche du gouffre à cet époque, mais un petit Seven + Lord of The Rings et tout va mieux XD !!!) va être ravi.
  Il a carte blanche et peut donc se lâcher et faire ENFIN un film sur lequel il aura une réelle liberté et pourra donc montrer SA vision des choses, et force est de constater qu'il y arrive plus que parfaitement.

2) What a fucking casting !!!

  Qu'est ce que vous voulez que je dise d'autres ?? Commençons par Morgan Freeman qui s'est fait connaître au théâtre puis dans des séries avant de se lancer de plein pied dans le cinéma, avec notamment son rôle dans le cultissime "Les évadés", film absolument génial tiré d'un roman de Stephen King avec dans les rôles titre Morgan Freeman et le divin Tim Robbins (ça me fait penser que Mystic River est un film dont je devrais parler^^)... Bref le monsieur a quand même un passé sympa et surtout n'a plus rien à prouver (même si à mon sens sa carrière va vraiment décoller après Seven, surtout auprès du grand public).
  Nous avons ensuite Brad Pitt qui était connu pour son rôle bref, mais génial du salopard dans Thelma et Louise (encore un génial Ridley Scott^^), puis pour ses rôles émouvant dans Et au milieu coule une rivière ou encore Légende d'Automne. Plus tard on a plus le voir en guest dans le génial True Romance de Tony Scott, oui le type shooté vautré sur le canapé... C'est lui. Brad Pitt après ses rôles de gentils a voulu développer son jeu d'acteur et s'est donc lancé sur des rôles plus sombres comme celui qu'il joue dans l'armée des 12 singes ou notamment dans Seven.
  Nous n'allons pas nous étaler sur Gwyneth Paltrow et Kevin Spacey qui dans ce film sont réellements excellents surtout Kevin Spacey qui montre, même si on le voit qu'à la fin, que c'est un acteur exceptionnel !!!

3) Un background énormissime !!!

 Où quand un simple décor nous fait comprendre qu'on va plonger dans un monde différent, une sorte de dimension parallèle complètement glauque...
  Fincher fait évoluer nos héros dans une ville sombre, glauque, avec des tags partout, peu de lumières, une ville violente dont on nous rabâche sans cesse durant le film la violence implaccable et la logique selon laquelle seuls les forts survivent. C'est dans ce contexte qu'a vécu l'inspecteur Somerset durant toute sa vie. L'inspecteur Somerset vit dans cette ville où il pleut quasiment tout le temps (d'ailleurs on se prend souvent durant le film à se faire cette réflexion XD). C'est un homme blasé, qui n'a jamais utilisé son flingue et qui se rend compte que tout s'effondre autour de lui, sa vie périclite, il devient vieux et se sent inutile ... C'est donc un homme en proie à ses démons que nous apprenons à connaitre et qui à un sens rationnel à toutes épreuves et ne cesse de se poser des questions sur ce qui se passe et cette situation qui le dépasse.Le film tourne autour de cette notion de perte, en effet, Somerset se perd dans ses pensées (la scène de la voiture à la toute fin le montre bien, il ne sait plus quoi penser de ce qu'il peut encore voir), la femme de Mills se sent perdue dans cette grande ville inhospitalière qui d'ailleurs n'est jamais nommée durant le film (le film a été tourné à Philadelphie (côte glauque) et Los Angeles), on se retrouve donc dans un espèce de mix entre Sin City et Gotham City si vous voulez, avec une ville glauque, violente dont on ne nous présente aucun bon côté, mais dont la violence n'est mentionnée que par les dires des gens qui y vivent.
  D'ailleurs, cette ville semble devenir plus accueillante à la fin, lorsqu'ils prennent la voiture pour s'en échapper, car là, il ne pleut plus, ils savent presque tout et cette pluie qui s'en va montre une sorte de frontière qui se créée ... La première fois qu'on voit le métrage c'est réellement saisissant.

4) Les 7 péchés capitaux !!

  Voici LA grande innovation du film, certes on a un thriller, certes on a un tueur en série et ça, on connait. Mais là, le tueur tue selon un code précis et un code réfléchi et intéressant. En effet, il semble punir des gens selon les péchés qu'ils ont et se doit en une semaine de laver les gens de leurs péchés. Il semble qu'il est investit d'une mission divine le poussant à tuer ses victimes tout en expliquant aux enquêteurs pourquoi. C'est ainsi que la première victime sera un homme obèse qu'il aura étouffé dans sa nourriture, mais pire que ça, le type était attaché et le tueur l'a forcé à manger jusqu'à ce que son ventre "explose" ce qui a créé une hémorragie interne et l'a tué. C'est ça le tueur aux péchés capitaux, chacune de ses victimes meurent lentement (notamment le type sur le lit pour ceux qui ont vu le film, montrant bien que ce tueur prend un temps fou et possède une patience assez incroyable)... Il doit faire souffrir des pécheurs et le fait bien.
  Ce n'est pas un fou, enfin si, mais il n'est pas débile, au contraire, il est extrêmement intelligent et méticuleux et ne laisse rien au hasard, on ne retrouve jamais ses empreintes on ne le voit et l'entend que très tard dans le film et il semble prendre un malin plaisir à narguer nos deux inspecteurs ...
  Il tue donc selon les 7 péchés capitaux que sont : la luxure, l'envie, la colère, la gourmandise, l'orgueil, l'avarice, la paresse ... Et il tue de façon originale, car il pourrait prendre un couteau et tuer un type paresseux, un type orgueilleux et l'affaire serait vite pliée... Mais non !!! Là, le tueur tue en relation avec sa victime, ainsi, le crime est un reflet du péché du pécheur et c'est en ça que Seven est une révolution, c'est à mon humble avis la première fois qu'on voit ça dans un film, d'ailleurs le scénariste utilisera à nouveau cette recette lorsqu'il rédigera le scénario de Resurrection (avec Christophe Lambert, film injustement descendu alors qu'il possède d'énormes qualités)... Donc c'est en ce sens déjà que Seven étonne et ne s'oublie pas.

5) Une relation unique.

  L'autre idée géniale de Seven, c'est de nous rendre nos héros humains et attachants.Ainsi, Mills est un jeune qui veut aller vite, qui se sent fort, prêt à tout et sait qu'il peut aller loin, mais reste impulsif. Alors que Somerset est le vieux briscard, silencieux, qui sait que Mills n'est pas prêt pour une telle enquête mais le laisse quand même. Puis il y a cette relation à trois avec la femme de Mills qui est un peu le lien de tous, car elle est la femme de Mills et le comprend, et de l'autre côté elle comprend Somerset qui n'en peut plus de cette ville et qui ressent la même chose qu'elle face à ce petit monde fait de violence et qui semble ne plus tourner rond.
  C'est cette relation qui rend Seven si particulier, la scène durant laquelle ils découvrent la victime de la gourmandise, durant cette scène, on a encore une ambiance glauque avec une pièce juste éclairée par les lumières des lampes torches, et alors que Somerset examine le lieu du crime, Mills se sent obligé de s'exciter, de parler et donc de ne pas faire attention à tout avec des blagues vaseuses et tout le reste.
  C'est cette relation particulière qui rend nos personnages si attachants et surtout tellement géniaux dans le film, cette relation maitre/disciple, Père/fils poussée à l'extrême et montrant le talent de Fincher pour nous montrer tous les côtés les plus excitants mais aussi les plus sombres de deux personnages génialissimes !!

6) Conclusion:

  Je ne vais pas m'étendre 107 ans pour vous dire que Seven est une tuerie absolue, un chef d'oeuvre exceptionnel que nous a pondu un cinéaste de grand talent qui depuis ne déçoit (personnellement) pas du tout. Fincher nous remettra par deux fois des claques en pleine tête avec Fight Club (un film cultissime de chez cultissime) et aussi Zodiac (où la vision qu'a Fincher de ce tueur si particulier). Donc si vous voulez voir LE thriller révolutionnaire qui aura ouvert la voie à tant d'autres, je ne saurai que trop vous conseiller de vous jeter sur Seven, qui reste le précurseur, mais surtout le maitre et qui n'a pas vieilli d'un fil. Si vous avez l'occasion essayez de voir Resurrection de Russel Mulcahy avec Christophe Lambert, c'est certes mille fois moins bon qu'un Seven, mais ce film possède des qualités non négligeables et qui n'a connu que peu de succès à cause d'une presse dégueulasse le concernant.

Musiques écoutées durant la rédaction de cet article :

- OST complète de Seven.
- Kyle Eastwood >>>
Letters From Iwo Jima (Main theme)
-Marco Beltrami >>> Woodsboro in fear (Scream OST)